AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RYAN ▬ good old days have gone

Aller en bas 
AuteurMessage
Ryan Marcus

avatar

• Date d'inscription : 06/05/2009
• Nombre de messages : 218
• Date de naissance : 09/02/1993
• Jukebox : say it ain't so, joe
• Mood : sentimental .
• Copyright : © LINE&Cie (L)

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:08


MusicPlaylist
MySpace Music Playlist at MixPod.com



    C L E A R . E Y E S , F U L L . H E A R T S


    DOUANIER; Bonjour monsieur. Votre passeport, s'il-vous-plaît.
    RYAN; Une petite seconde .. voilà.
    DOUANIER; Ryan Ebenez Marcus, c'est bien cela ?
    RYAN; Exactement.
    DOUANIER; Veuillez me donner votre âge, votre date de naissance et votre nationalité.
    RYAN; 22 ans, 16 mai1985, américain du Texas.
    DOUANIER; Parfait. Quelles sont les raisons de votre voyage au Mexique ?
    RYAN; Le travail. Je serai éducateur durant un an dans un village du Mexique.
    DOUANIER; Je vous souhaite un bon vol, monsieur Marcus.
    RYAN; Merci beaucoup. Bonne fin de chiffre !
    Qui a dit qu'il fallait nécessairement éviter de faire quelques petites blagues aux douanes ? Ryan n'était pas arrogant, juste marrant. Ça ne fait pas de lui un terroriste qui essaie de cacher sa nervosité, à ce que je sache. Ryan avait toujours détesté ce genre de questionnaires avant de pénétrer officiellement dans l'aéroport. Il n'avait qu'à lire son passeport et y verrait toutes ces informations. Pas obligé de lui spécifier qu'on le surnommait Riri le Coquin depuis l'âge de ses dix ans. C'est personnel et inutile. Et puis, on n'est pas non plus sur un site de rencontre. S'il avait vraiment besoin de dire à un inconnu qu'il était célibataire depuis l'âge de pierre, il le ferait dans un but lucratif, pas pour aller sur un avion. Comme s'ils allaient se mettre à faire une section "Gens au célibat qui recherchent l'amour", "Gens au célibat et qui veulent le rester" et pour finir, "Gens casés et chanceux de l'être". Bref, Ryan prit ses valises et se gratta la tête de sa main libre comme il en avait l'habitude de faire. C'est que sa cicatrice remontant au moment où il était tombé du balcon de sa maison lui piquait, même après 18 ans d'existence. Il déposa ses bagages sur les tapis roulant qui les emmènerait dans la cave de l'avion en se penchant. Il espéra que personne n'avait eu de vue sur sa tache de naissance apparente sur sa fesse droite. Ce serait plutôt gênant. Il ajusta ensuite ses lunettes qui menaçaient de tomber à chaque fois qu'il inclinait la tête. Maudite tête trop petite qui ne permettait à rien d'y tenir. Marcus mit ses mains dans ses poches, tout simplement parce qu'il n'avait jamais su où les mettre et attendit patiemment qu'on fasse l'appel des passagers. Après trois heures à attendre debout, puis assis, puis debout et assis et à marcher sur les tapis roulant en se prenant pour un vampire de Twilight, Ryan fut enfin appelé à entrer dans son avion. Il était très fébrile à l'idée d'atterrir dans cinq heures dans le pays où il vivrait pour un an. Il prit son billet, son passeport, et attendit en file de rentrer. Il serra la main des agents de bord avant de prendre place au banc trente et un. Là, il tenta de se mettre le plus confortable possible, bien que ses jambes trop longues dépassaient de partout. La distance entre le dossier de votre voisin d'en avant n'a jamais été très convenable pour les grandes personnes. Hé oh, y'a pas que des nains sur Terre ! Bref, Ryan sortit son carnet de note et commença à y noter ses premières pensées face à cette aventure qui commençait à peine. Ryan avait toujours été un écrivain dans son coeur, vous savez. Il écrivait tout. Jusqu'à ce qu'il s'endorme sur ses mots.




A . L I T T L E . B I T . O F . S H I T

    MEXIQUE; SEPTEMBRE 2008 . Après trois mois de dur travail rémunéré et de préparations physiques, j'étais enfin prêt à mettre les voiles. Enfin, ce ne fut pas moi qui les mises, et ce ne fut pas non plus par bateau. Je m'envolai vers le Mexique, sous le soleil chaud, sur les plages de sable blanc, là où les espagnols vous draguent même si vous êtes un homme très viril comme je le suis. Ce n'était pas des vacances que je me payais après avoir étudié quatre ans à la fac. Ce n'était pas non plus pour relaxer, ou pour rendre visite à de la famille. Si je suis ici à l'heure où je vous écrit, c'est parce qu'on m'a recruté à ma sortie de la remise des diplômes d'études universitaires pour m'envoyer en tant qu'éducateur dans les quartiers les plus démunis du Mexique. Habitué à la richesse et la simplicité de Dillon, j'ai pris beaucoup trop de temps à y réfléchir. Une minute de plus et ils donnaient le dossier à un autre finissant. J'ai bien fait d'accepter, pour plusieurs raisons. J'en suis à mon dernier mois dans cette ville que l'on nomme Oaxaca. Googlez-la, vous verrez que c'est probablement le territoire le plus pauvre de ce pays touristique. Le voir en photo, c'est quelque chose. Y vivre durant un an, c'en est une autre. Ce fut une expérience des plus éprouvantes mentalement que j'ai connu au courant de ma longue vie. J'ai fêté mes 23 ans ici-même. Vous me dites que je suis jeune encore pour dire ce qui est difficile ou pas. Je vous envoie promener, tout simplement. Vous n'avez aucune idée de ce que les gens, en dehors de votre confort, peuvent ressentir et subir constamment. J'ai vu des femmes robustes se lever à des heures pas possible pour marcher des kilomètres jusqu'à une source d'eau potable. Je les ai vu revenir quatre heures plus tard, le seau d'eau sur la tête, l'air paisible. J'ai beau me surestimer physiquement, je n'aurais jamais osé défier en combat l'une de ces femmes mexicaines. Autant parce que j'ai trop de respect envers elle que parce que je serais knock-out après trente secondes de jeu. Ne pensez pas que l'organisme qui m'envoyait m'avait payé l'hôtel à deux heures de la ville. Je vivais au sein de la communauté, alors je sais exactement de quoi je parle. Si vous allez vous promener dans les ghettos de Détroit et que vous avez envie de pleurer tellement ça vous brise le coeur, ne venez jamais à Oaxaca, vous voudrez mourir. Eux, ne le veulent pas. Ses habitants sont heureux malgré la pauvreté dictant leur mode de vie. Je n'ai jamais vu un village aussi animé durant une journée de congé. Les garçons se fabriquent des balles de football avec ce qu'ils trouvent chez eux : du ruban adhésif, des feuilles d'arbres enroulées. Ils placent deux pierres l'une vis-à-vis l'autre, et deux autres plus loin. Voilà les buts. Et ils commencent à jouer, des heures durant. Je ne sais pas pourquoi la ligue nationale ne va pas recruter là-bas. Moi qui ai joué durant toute mon enfance au football, appelé soccer par chez-nous, je me suis fait mettre l'étiquette du débutant. C'est qu'il faut tuer le temps, quand on n'a pas d'ipod, pas de télévision, pas de radio, de cinéma, d'ordinateur. Rien. Ils n'ont rien. Quand je suis arrivé pour la première fois dans ma famille d'acceuil locale, j'ai eu toute une surprise en découvrant de petites maisons dont les murs sont en ciment, les toits en taule rouillée. À l'intérieur, il n'y a que le strict minimum. La salle à manger : une table, parfois même on mange à même le sol. Les chambres ? Un matelas, surmonté pour ceux qui ont un peu plus de sous. Les toilettes ? Un trou dans la terre. Eh oui, pendant un an, je me suis tenu à moitié debout pour chier dans un trou. Et j'garderai tout de même de bons souvenirs de mon séjour au Mexique. Par contre, il y en a eu des moins bons, aussi. Bien sûr, je n'étais pas là pour jouer avec les jeunes et papoter avec les adultes au marché central toute la journée. Mon boulot était d'être leur éducateur durant un an. Ils n'en avaient jamais eu auparavant, et c'est pourquoi j'étais envoyé. Je rencontrais différentes classes d'élève à l'école d'Oaxaca à chaque jour. C'était difficile de voir à quel point leur éducation était très basique, et comment les conditions étaient déplorables. Étudier dans de telles circonstances m'aurait été impossible. La chaleur suffocante, les bureaux tassés dans une petite pièce mal aérée et mal éclairée, les professeurs qui parfois n'en savent pas plus que ses étudiants. J'ai été décontenancé par ce ralentissement. Pourtant, ces jeunes étaient brillants, on le voyait bien par la lueur dans leurs yeux. Et puis, j'ai parlé en privé avec chacun de ces élèves, peu importe leur âge ou leur revenu annuel familial. J'ai appris à les connaître, ils m'ont confié leurs rêves, leurs attentes, leurs ambitions, leurs craintes face au futur. Ma foi, ils ne croient pas que se sortir de là est possible. J'ai entendu des filles me dire qu'elles seraient forcées d'arrêter les études pour aller aider maman à la maison. Des garçons m'ont confié qu'ils n'allaient pas poursuivre après être sorti de la petite école, préférant travailler au garage du père. Où sont les futurs chirurgiens, avocats, comptables, chanteurs ? Ce n'est pas pour eux, m'ont-ils répondu, bien que ça en intéressait plus d'un. Beaucoup de métiers étaient demeurés inconnus à leurs yeux avant que je ne les aborde à leur place. Ils m'ont écouté parler des différentes options de vie s'offrant à eux, les yeux grands ouverts. Ils découvraient le monde au travers de mes paroles et connaissances d'américain. Ils voyageaient, bien que prisonniers d'une ville qui leur a toujours empêché d'avoir des rêves, mieux encore, des buts à atteindre. Je les ai sensibilisé au décrochage scolaire, parmi tant d'autres sujets à voir avec eux. Sincèrement, je pense avoir fait une différence. Je ne vous dis pas que tous ces jeunes auront un avenir brillant et que l'Oaxaca va panser ses blessures et devenir la première puissance mondiale. Non, je serais fou de me prendre pour Dieu. Seulement, alors que je quittais l'école un après-midi, une étudiante de dix-huit ans est venue me voir et m'a annoncé qu'elle avait reçu une bourse d'études de l'université Iberoamericana Laguna. Elle allait étudier en audiologie, et allait vivre sa passion à 100 miles à l'heure. J'ai fait ce que j'avais à faire. Maintenant, je dois repartir chez moi, à Dillon. Un poste de conseiller en orientation m'attend dans mon ancienne université. J'espère retrouver un peu de mes mexicains dans les yeux de ces américains.



    D A Y . A F T E R . D A Y , T H E . S U N

    Le pigment qui donne sa couleur jaune au pipi : Urochrome. Vive les cours de siences où l'on apprend tout ce qu'il y à savoir sur le système urinatoire et excréteur. Probablement là où j'ai eu mes meilleures notes à vie. C'est pas pour rien que j'ai reçu le prix nobel de fausse à purin, n'est-ce pas ? 16 ans de pure extase devant la vraie nature de l'humain. Évidemment, j'ai été outrée de savoir que les hommes attrapaient plus facilement des pierres aux reins. M'en voilà rassurée par contre, vu que je suis une demoiselle. Je peux continuer à manger autant de sel que je le désire. Ah et, vous saviez que votre forum est vraiment difficile à résister ? Il est à tomber. Je crois que je vais virer ordinatophile à cause de lui.



Dernière édition par Ryan Marcus le Mer 6 Mai - 1:57, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Grey
HEADFIRST ► Fall on your tongue like pixie dust.
avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 105
• Date de naissance : 21/03/1993
• Jukebox : Lucifer - Jay-z
• Mood : Totaly in love
• Copyright : Misery Angel

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:15

Genre bienvenue.
Genre si tu ne me reconnais pas, je te tappes, genre. :a:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Marcus

avatar

• Date d'inscription : 06/05/2009
• Nombre de messages : 218
• Date de naissance : 09/02/1993
• Jukebox : say it ain't so, joe
• Mood : sentimental .
• Copyright : © LINE&Cie (L)

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:17

Ah alors c'est toi qui avait volé dès le départ le PV qui m'intéressait le plus ? Rolling Eyes
ALEXEEE. :c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Grey
HEADFIRST ► Fall on your tongue like pixie dust.
avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 105
• Date de naissance : 21/03/1993
• Jukebox : Lucifer - Jay-z
• Mood : Totaly in love
• Copyright : Misery Angel

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:33

Ha ha, t'avais qu'à pointer tes fesses ici avant. :d:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
May-Lee Granger
ANGELBlues prise will rise, a step above the rest. Panthers.
avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 95
• Date de naissance : 01/08/1994
• Jukebox : Ciara ft. Justin Timberlake - Love sex magic
• Mood : heureuuuuuse.
• Copyright : (c) Avatar by. Shiya

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:35

YOOOOOOP. :m:
bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Marcus

avatar

• Date d'inscription : 06/05/2009
• Nombre de messages : 218
• Date de naissance : 09/02/1993
• Jukebox : say it ain't so, joe
• Mood : sentimental .
• Copyright : © LINE&Cie (L)

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 0:37

Maxine; Pffffff. M'en fou, je serai aussi sexy.
May-Lee; :c:

FICHE TERMINÉE. :j:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 7:47

UROCHROME :c:
Avec Ryan en plus. :l:
Bienvenuue. :m:
Revenir en haut Aller en bas
Evan Williams
PRINCESS • She olds the key
avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 291
• Date de naissance : 23/04/1987
• Jukebox : The real thing - Bo Bice
• Mood : Lost
• Copyright : © Princess'

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Mer 6 Mai - 13:34

Bienvenu Mon tit Ryan ! :c:
Et superbe fiche ! J'étais absorbée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Jeu 7 Mai - 21:04

Urochrome. :m:
Je te valide directe ! :e:

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   Ven 8 Mai - 13:46

Bienvenue parmi nous ! :a:

Très bon choix d'avatar. :g: :d:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RYAN ▬ good old days have gone   

Revenir en haut Aller en bas
 
RYAN ▬ good old days have gone
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» 5 Days of War
» Ryan Hart
» The Seven Days of 1809 - OSG
» Days of Ice and Fire 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
•• CLEAR EYES, FULL HEARTS :: Rôles à prendre. :: Présentation du personnage :: • Présentations validées-
Sauter vers: