AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come back to haunt me, come what may | Res. Jules

Aller en bas 
AuteurMessage
Declan Cleveland

avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 302
• Date de naissance : 06/02/1992
• Jukebox : PLACEBO | Battle For The Sun
• Mood : I will take you down to cripples crown babe
• Copyright : SW

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Jeu 25 Juin - 16:32


(c) poupa@LJ & silverwing
I've been wasting all my time
With the devil in the details
And I got no energy to fight.

ft Jules & Declan__________



    La bouteille de whisky à la main, accroupi dans l'obscurité de la pièce, le regard vitreux, Declan Cleveland faisait peine à voir. Il avait envie de gerber, alors pour en faire passer l'envie il avala encore quelques gorgées d'alcool. Il avait tiré les rideaux du salon, puisque la luminosité était trop difficile à supporter. Il n'était que cinq heures de l'après-midi mais Declan était déjà imbibé d'alcool. Et tant mieux. C'était moins douloureux d'affronter la réalité de cette façon. Il se passa une main sur le visage, repoussant ses cheveux en arrière. La fureur qui rugissait en lui se mêlait à la peine immense d'avoir perdu un ami, et mieux qu'un ami, un coéquipier. Le putain de guépard était partit aujourd'hui... Et c'était pas une affaire personnelle. Trois autres Panthers passeraient la nuit à l'hôpital. Declan n'y comprenait rien. Enfin,... il ne voulait pas. C'était trop dur de se dire que leurs petites chamailleries d'adolescents étaient allé jusqu'au meurtre... Le mot résonnait dans son esprit. Meurtre. Meurtre. Meurtre. Un meurtre, à Dillon, au sein des Panthers.
    Il regarda sa première flasque de whisky qui était vide d'un air dépité, et sans attendre la jeta à travers le salon - elle s'éclata contre le mur, envoyant des éclats de verre sur le canapé, la table, le sol. Il ouvrit sa seconde bouteille et l'entama. Il n'y avait rien d'autre à faire que de se bourrer la gueule ; ses trois amis étaient dans le coma et Cleveland n'avait aucune idée de qui en était la cause. Il se répétait qu'il n'avait rien pu faire. Il ne savait pas que ses amis avaient des problèmes. Non, il ne savait pas.
    Il posa ses coudes sur ses genoux et enfouit son visage dans ses mains. C'était vraiment trop douloureux.
    C'est alors qu'il entendit le bruit des clefs dans la serrure, la porte qui s'ouvre. Merde. Si c'était son père, ça allait - il ne dirait rien, le laisserait dans sa misère parce que de toute façon il ne savait jamais quoi dire dans ces moments. Si c'était sa belle-mère, Declan n'avait plus qu'à se pendre - elle allait encore jouer sa commère de service. Or Declan en avait rien à foutre des commérages, des 'il parait que'. Il voulait des faits, des vrais, pour retrouver la bande d'enculés qui avaient descendu le Guépard. You can run, but you can't hide, because no one here gets out alive. Sa main se mit à trembler, il attrapa sa bouteille et fit descendre quelques gorgées du liquide ambré dans sa gorge. Sa douce et tranquille solitude allait prendre fin.

_________________

    I will brush off all the dirt,
    And I will pretend it didn't hurt,
    You are a black and heavy weight,
    And will not participate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Jeu 25 Juin - 22:53

    L'après-midi avait été terriblement longue. Ce matin, au lycée, les cours avaient été chamboulés. Ils avaient fait une minute de silence en l'honneur de leur ami disparu, et les cours avaient repris normalement, vers quatorze heures. Comme si de rien n'était. Jules s'était sentie conne à un moment, alors qu'elle était presque seule dans le grand hall. Le monde autour d'elle continuait de tourner, même si on entendait moins de rires et de cris, mais elle restait plantée là, complètement indifférente à ce qui l'entourait. Hier, il s'était passé quelque chose d'horrible qui avait bouleversé toute la ville. Même les non-croyants étaient venus à l'église pour une messe spéciale. Les Panthers avaient été touchés, et même si Jules n'en connaissait aucun personnellement, les hommes de sa vie étaient des Panthers. Eux, ils les connaissaient. Et elle ne pouvait que partager leur souffrance.

    A la presque veille de ses dix-huit ans, la blonde se rendit enfin compte de l'importance de la vie. Elle ne tenait qu'à un misérable fil, et la mort touchait tout le monde. Aussi bien un vieux à la fin de sa vie qu'un jeune, intelligent et prometteur, bien sous tous rapports. Tout le monde feint de savoir ce que c'est, la valeur de la vie. Mais tant qu'un drame pareil n'est pas arrivé, on ne peut pas réellement s'en rendre compte. On est à mille lieux de s'imaginer que c'est aussi dur. Aussi cruel. Pendant quelques temps, ça reste dans le domaine de l'imaginaire. Puis, un jour en vous levant, vous savez qu'aujourd'hui il vous faudra affronter la réalité. Parce que c'est comme ça, parce qu'il faut bien se relever et avancer, aussi rude soit le chemin.

    En cours d'algèbre - un cours qu'elle détestait au plus profond de son être, Jules décrocha. Elle n'était pas bien depuis la veille, mais là elle ne pouvait plus faire semblant. Elle n'avait qu'une envie, rentrer. Ce qu'elle fit. Après avoir traversé une bonne partie de la ville, elle arriva enfin au #2471. La jeune femme savait pertinemment qu'elle trouverait Declan quelque part dans la maison, ne l'ayant pas vu en cours ce matin. Et ça serait étonnant qu'il ait trouvé la force de bouger d'ici.
    « Oh, Declan ... » Son frère était dans un piteux état. Le voir ainsi la tuait. Bien sûr, il aimait l'alcool. Bien sûr, il avait des coups de blues comme tout le monde. Mais là, c'était largement différent. S'étant retenu toute la journée pour pleurer, elle se libéra enfin, appuyée contre la porte. Des larmes rebelles perlèrent le long de ses joues, et Jules se dépêcha de les essuyer d'un geste vif. Elle s'approcha doucement de Cleveland, s'assit près de lui, lui posa une main sur le dos et l'observa, les yeux encore rougis.

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Cleveland

avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 302
• Date de naissance : 06/02/1992
• Jukebox : PLACEBO | Battle For The Sun
• Mood : I will take you down to cripples crown babe
• Copyright : SW

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Ven 26 Juin - 22:48

    Le regard fixé sur la porte entrouverte, Declan fut soulagé de voir sa demi-soeur passer le pas de la maison. Si ce n'était qu'elle tout irait bien - non, car Appoline avait un petit côté moralisateur qu'il n'aimait pas, surtout dans ces situations, et parfois, Caïn, ben,... c'était Caïn. « Oh, Declan ... » Il reposa sa bouteille d'alcool un peu plus loin, réalisant qu'il devait faire peine à voir. C'était souvent par le regard des autres qu'on pouvait réaliser qui l'on était vraiment, car dans la solitude nous étions dans l'ignorance après tout. Il se força à décrocher un bref sourire pour la rassurer, car il ne voulait pas qu'elle s'inquiète pour lui - tout allait finir par s'arranger, il en était conscient, cette baisse de moral n'était que passagère. Elle s'assit à ses côtés et lui n'hésita pas à poser un bras sur ses épaules, sans rien dire, attirant la blonde maigrichonne contre son torse. Jules faisait si fragile à cet instant, qu'il ressentait l'extrême besoin de la protéger. Toujours silencieux, il écrasa l'une des larmes de la cheerleader avec son pouce, la serrant un peu plus fort car il avait besoin d'elle, et elle avait besoin de lui. « Ils vont les retrouver, hein ? Dis-moi que... qu'ils seront vengés... » lança-t-il d'un ton terriblement rauque. Il toussa d'ailleurs pour s'éclaircir la voix. Son regard fuyait celui de sa demi-soeur. Il ne pouvait pas affronter ses prunelles bleus pleines de larmes ; ça ne rendait les choses que trop réelles. Lorsqu'il était seul, il pouvait encore boire, et s'imaginer que tout cela n'était qu'un cauchemar. Là, lorsqu'il serrait Jules dans ses bras, tout était réel.

    Il voulait leurs peaux. Il ne pouvait pas s'imaginer qui c'était - les Eagles de Peterson, les Spiders de Meallwick ? - mais il voulait sa vengeance. Et voila, où était la mince différence : il ne voulait pas justice, il voulait vengeance. Lorsque le nom de l'équipe adverse ayant perpetué ce meurtre serait annoncé - bien sûr, Declan ne généralisait pas, tous n'étaient surement pas des assassins - il se ferait tout de même un malin plaisir à aller leur faire toutes les crasses possibles. Il leur volerait leurs petites copines une par une, détériorerait leurs locaux, humilierait les joueurs un par un. Ils n'auront jamais finit de payer pour ce qu'ils avaient fait. On ne s'attaquait pas aux Panthers.

_________________

    I will brush off all the dirt,
    And I will pretend it didn't hurt,
    You are a black and heavy weight,
    And will not participate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Sam 27 Juin - 16:43

    La bouteille d'alcool lui faisait de l'oeil. Lorsqu'on lui avait annoncé la mort du Guépard, c'est ce à quoi elle avait pensé en premier. Vite, un verre. Tout paraissait plus simple sous l'effet de l'alcool, jusqu'à ce que la douleur reprenne le dessus au plus profond de votre coeur. Abandonnant alors ses principes - boire c'est cool mais ça reste mauvais pour la santé donc il ne faut pas en abuser, Jules attrapa la bouteille à moitié pleine et en bu quelques gorgées. Le liquide coula dans sa gorge et elle se sentit tout de suite un peu mieux, même si ça restait du domaine psychologique. C'est prouvé, l'alcool ne contamine pas le sang aussi rapidement. Dans ce cas, impossible de ressentir quelconque effet dans l'immédiat. Se trouvant légèrement honteuse après son geste, elle repoussa la bouteille plus loin. Elle n'aurait pas du se montrer aussi faible devant son demi-frère. Il avait besoin d'elle comme tous les Panthers avaient besoin de leurs familles en ce moment. Ce n'était pas la bonne période pour commencer à flancher. La jeune femme resta silencieuse un moment en pensant à ce qu'il venait de se produire à Dillon. Le veille, elle avait entendu un lycéen connu pour sa grande gueule et son coeur trop petit dire que c'était fini maintenant et qu'il fallait décompresser. Jules, elle, n'était pas de cet avis. Le ou les meurtriers s'en étaient pris à un élément fort de l'équipe, mais à aussi à trois autres qui avaient plus l'habitude d'être sur le banc des remplaçants plutôt que sur le terrain. Ce qui signifiait qu'aucun des Panthers n'étaient à l'abri. Ni Declan, ni Seeley, ni aucun autre. Comme pour chasser cette affreuse pensée de sa tête, Jules la secoue légèrement en fermant les yeux. Ce n'était ni le moment ni l'endroit pour s'apitoyer sur son sort.

    Elle se concentra sur son frère qui avait désormais passé un bras autour de ses frêles épaules. Ce n'était pas à lui de faire ça, ça devrait être elle. C'était lui qui avait perdu un ami et qui allait peut-être en perdre trois autres. C'était lui qui souffrait le plus entre eux deux. C'était à elle de le prendre dans ses bras et de lui dire que tout allait bien se passer. Même si elle n'en était pas vraiment certaine.
    « Je suis presque sûre que la police va les retrouver. Dillon est une petite ville. » Mais Dillon n'était pas bariquadée de toutes parts et ils avaient très bien pu s'enfuir pour ensuite revenir. Cette pensée, Jules la garda pour elle. Ce qui comptait à présent c'était d'aller mieux, pas de chercher à faire justice soi-même. Cela ne servirait à rien, à part s'attirer de beaux ennuis.

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Cleveland

avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 302
• Date de naissance : 06/02/1992
• Jukebox : PLACEBO | Battle For The Sun
• Mood : I will take you down to cripples crown babe
• Copyright : SW

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Mer 1 Juil - 19:05

    Les paroles de Jules ne le rassurèrent en rien. Bien sûr que Dillon était une petite ville, mais... Mais il était tellement facile de s'en enfuir. En même temps, si le meurtre était, comme tout le monde le pensait, l'oeuvre de lycéens des environs, les footballers manquant à l'appel seraient très vite trouvés. Mais, en attendant, le doute restait. Et l'attente était pire que tout... Declan, s'il avait été moins ivre à cet instant, se serait bien levé sur ses pieds pour aller s'engager auprès du shérif, proposant son aide, et tout son temps pour retrouver les meurtriers. Cette idée folle lui passerait surement dans la seconde. Là, maintenant, il ne savait plus où il en était. Dire qu'il était perdu était un euphémisme, c'était pire que ça. Il ne savait même pas s'il ne devait pas craindre pour sa vie. Allez... Ces petits cons n'allaient pas liquider tous les Panthers. Declan chassa cette autre idée stupide et éphémère de son esprit. La mort lui faisait avoir des réflexions bizarres...

    « Ouais. Surement. » Son ton se voulait protecteur. Il l'avait vu boire dans la bouteille, et ça... Non. Chez les Rocheland, il n'y avait que lui, Declan, qui avait le droit de boire à outrance lorsque quelque chose de grave se produisait ; c'était sa marque de fabrique en toute sorte, sa façon personnelle de réagir. Pas celle de Jules en aucun cas... Aussi bien, il ne la laisserait pas sombrer comme ça, aussi facilement. C'était sa soeur, maintenant. Il attrapa la bouteille, en prit une dernière gorgée, et finalement la repoussa plus loin, trop loin pour que la blonde puisse l'attraper. « Co-... Comment va Seeley ? » Declan l'avait eut au téléphone hier, mais ils n'en avaient même pas parlé. Ils ne pensaient qu'à ça, mais avaient préféré, d'un commun accord tacite, éviter le sujet. Cleveland ne se faisait pas trop de soucis pour son bon ami ; il savait que Jules veillerait sur lui, et inversement. Mine de rien, leur couple tenait la route.

_________________

    I will brush off all the dirt,
    And I will pretend it didn't hurt,
    You are a black and heavy weight,
    And will not participate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Sam 18 Juil - 0:00

    Après avoir poussé un long soupir, la blonde se laissa aller en arrière pour s'allonger sur le parquet. Elle passa une main dans ses cheveux emmêlés tout en fixant le plafond. Voir Declan dans cet état la rendait malade, et il fallait absolument qu'elle positive avant de s'enfermer dans une espèce de spirale dont personne ne ressortirait indemne. Elle tourna sa tête vers le brun avec un léger sourire, et lui prit la main. Elle serait toujours là pour lui tant qu'il avait besoin d'elle. Et en ce moment il était indéniable qu'il avait besoin d'elle et de n'importe quelle main tendue. « C'est certain. » Elle n'était pas sûre de ses propos à cent pour cent, et elle savait que ce n'était pas ça qui soulagerait son frère. Mais rester optimiste était la seule option dans une telle situation.

    Elle rapporta ses jambes vers elle et soupira de nouveau.
    « Je crois ... » En réalité, elle n'en savait trop rien. Elle connaissait bien Seeley, même très bien, mais elle ne l'avait jamais vu dans cet état. A l'hôpital, elle n'avait pas réussi à déchiffrer ses expressions ; une seule chose lui avait parut évidente : il était triste. Mais savoir ce qu'il ressentait était plutôt difficile. Ce n'était pas le genre de mec à se confier et à déballer sa vie, même à ses proches. C'était plutôt le rigolo et le gueulard de service, le leader qui ne montrait pas ses faiblesses. « Il a été pas mal secoué, en réalité. » Jules détourna de nouveau le regard vers le plafond pour le fixer. Elle profita du silence qui venait de s'installer pour fermer les yeux. Ses problèmes avec Seeley n'étaient toujours pas réglés, et elle ne savait pas encore si ce qui venait de se produire était une bonne ou mauvaise chose pour leur couple. Soit ils en ressortiraient plus forts, soit détruits. Leur avenir à tous les deux résidait dans la manière dont ils allaient gérer cela.

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Cleveland

avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 302
• Date de naissance : 06/02/1992
• Jukebox : PLACEBO | Battle For The Sun
• Mood : I will take you down to cripples crown babe
• Copyright : SW

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Ven 24 Juil - 0:07

    Declan mit quelques secondes à hocher la tête en signe de compréhension. Il n'y avait rien à rajouter sur Seeley. Bientôt, le jeune footballer irait mieux, l'affaire serait digérée, la pilule avalée, le deuil fait, l'histoire tassée, et Dillon reprendrait sa vie, comme si de rien n'était - c'était déjà le cas pour une partie de la ville. Le regard de Declan glissa sur Jules, qui, allongée sur le parquais, semblait maudire cette putain de vie qui n'arrêtait pas de les malmener. Elle ferma les yeux en réponse au silence qui emplissait la salle. Lui aussi était tenté de fermer les yeux quelques secondes - mais il se serait assoupi en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Tout était calme, si calme, que Declan sombrait doucement, même s'il luttait. Garde les yeux ouverts. Allez. Désolé Jules, oh ma Jules, mais il ne pouvait laisser le silence régner - elle devait lui parler pour qu'il reste conscient. L'alcool et les insomnies se faisaient enfin ressentir. Cleveland avait beau être un Panthers, il n'en était pas moins humain - tout le monde avait ses faiblesses. « Aide moi, Jules. »

    Declan avait soufflé cela à demi-mot, si bas qu'il n'était pas certain qu'elle avait entendu. C'était la première fois qu'il lui demandait de l'aide - enfin, bien sûr, il li avait déjà demandé des services, hé, Rochelle, va acheter des pâtes et de la bière, mais jamais, oh jamais, il ne lui avait véritablement demandé de l'aide. Il détacha son regard de la joli blonde, une boule dans la gorge. Pour la première fois depuis l'accident, il avait envie de pleurer, de rage et de tristesse, car à force de se contenir, tout s'était emmagasiné au fin fond de ses tripes, et là, Declan craquait. C'était trop dur, tout seul, il ne ferait jamais son deuil. L'alcool lui tournait certes un peu la tête pour qu'il arrive à cette pauvre conclusion, mais il était prêt à s'en remettre aux bons soins de sa demi-soeur. « Sors moi de là, sors moi de cette merde. » Soulève moi, porte moi hors de cette pièce, hors de cette maison, hors de cette ville.

    Sa main tremblait. Doucement, au début, puis au fil des minutes, au son du tic tac de l'horloge du salon, de plus en plus fort. Il inspira un grand coup et cacha ses tremblements en plaçant ses mains entre ses cuisses. Declan se mordit la lèvre, le regard de plus en plus vague, le plus en plus emplit d'eau. Il gardait les yeux ouverts sans ciller, le plus longtemps possible, pour retenir le moment fatidique où la première larme tomberait sur sa joue. Il s'en voulait un peu de craquer comme ça, en face de sa soeur - il n'avait pas honte, non, mais il s'en voulait de lui causer encore plus de soucis. Comme si elle n'en avait déjà pas assez avec See. Et elle-même. Non, il fallait encore que lui, Declan, en putain d'égoïste, y mette du sien pour lui rentre la vie encore plus merdique. Il finit par ciller, et la larme roula jusqu'à son menton.

_________________

    I will brush off all the dirt,
    And I will pretend it didn't hurt,
    You are a black and heavy weight,
    And will not participate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Mar 28 Juil - 1:34

    Un long soupir se fit entendre. La tournure dramatique que prennait les choses était désagréable et déstabilisante. Sa mère lui disait toujours que se lamenter sur son sort ne servait à rien, qu'il fallait relever la tête et ne surtout pas baisser les yeux. Depuis le temps qu'elle entendait cette phrase, celle-ci aurait du devenir sa devise. Cependant, tout était moins simple ces dernières semaines. Jules se souvenait à peine du temps où elle était complètement insouciante, où elle n'avait presque encore jamais été confrontée au mot "problème". L'élément déclencheur de cette longue chute fut tout d'abord le départ inattendu de son père, qui quitta la maison sans même se retourner. Durant des semaines, elle s'était imaginée tout et n'importe quoi. Qu'il avait quitté sa mère parce qu'elle le trompait ou se montrait distante, qu'il subissait la crise de la quarantaine, qu'il avait juste envie de faire une pause et de parcourir le monde en souvenir du bon vieux temps où il était un jeune garçon rebelle et sans complexe. Au final, ce n'était rien de tout ça. Il avait juste été une victime d'un cliché ; le mari qui s'ennuie et saute sa maîtresse jusqu'à partir avec elle loin de sa famille. Jules n'avait pas de nouvelle, aucune. Elle se dit qu'à cette heure-ci, il était peut-être même en train d'escalader la montagne du Macchu Picchu en face du Wayna, sa poule sur le dos. Après tout, avec lui, tout était possible.

    Sortant de ses pensées, elle jeta un bref coup d'oeil à l'état de son demi-frère. La jeune femme se leva brusquement, sans trop réfléchir, et se pencha vers lui afin de lui attraper les deux bras. Il était hors de question qu'ils continuent de la sorte. « Lève toi, Declan. » A son étonnement, il ne résista pas. D'accord, il ne fit rien pour lui faciliter la tâche non plus, mais au moins il se leva sans trop gémir. Une belle réussite. Elle entreprit de le traîner jusqu'à la salle de bain - ce fut le parcours du combattant, semé d'embûches en tous genres. Canapé d'abord, puis babioles, meubles et enfin porte. Elle le poussa directement dans la baignoire et ouvrit le robinet. L'eau qui déferlait maintenant sur son visage et ses vêtements était, heureusement, tiède. Jules le regarda un instant fermer les yeux, sans bouger, puis sans le quitter du regard se dirigea vers la cuisine, ouverte sur le salon. « Tu ne bouge pas. » La blonde, avec des gestes rapides mais habiles saisit les bouteilles qui traînait, déversa leur contenu dans l'évier et les jeta à la poubelle. Elle tira sur les rideaux afin que le soleil chaud éclaire la pièce, tout en ramassant divers détritus. Cartons de pizzas à peine entamées, paquets de cigarettes dégeulasses. Joint. Un foutu joint.

    Après avoir remis un peu d'ordre dans la pièce principale, elle retourna dans la salle de bain. Dans la baignoire, elle retrouva un Declan assis, les yeux bien ouverts. Jules s'assit sur le rebord de la cuve blanchâtre tout en le fixant, puis, sous le bruit du flot de l'eau, grimpa à son tour dans la baignoire et ferma les yeux, sans un mot.

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Cleveland

avatar

• Date d'inscription : 03/05/2009
• Nombre de messages : 302
• Date de naissance : 06/02/1992
• Jukebox : PLACEBO | Battle For The Sun
• Mood : I will take you down to cripples crown babe
• Copyright : SW

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Jeu 30 Juil - 21:26

    Sa sœurette répondit à sa plainte comme si un éclat de lucidité l'avait soudain frappée. Elle se redressa avec son agilité de pom-pom girl, et tenta de le soulever en le tirant par les bras. Tenter, car, s'il n'avait pas voulu se redresser, le panthers avait la force nécessaire pour résister à Jules et rester clouer au sol. Mais il montra de la bonne volonté et se leva fébrilement, sa tête tournant dans tous les sens. Le sol était donc si bas ? Le pire fut surement lorsque Rochelle le traîna jusqu'à la salle de bain ; maintes fois il faillit s'étaler, notamment sur la bibliothèque ou la table basse qui était ornée d'un bouquet de fausses fleurs absolument immonde auxquelles Madame Rochelle tenait par dessus tout. Mais finalement, malgré de maints haut-le-coeur qui firent croire à Declan qu'il allait régurgiter sur Jules son maigre repas d'à midi - de la pizza froide datant de trois jours -, ils y arrivèrent. Declan fut emplit d'un soulagement incomparable lorsque, enfin, Jules le laissa se reposer dans la baignoire, dans laquelle il s'affala sans demander son reste... et, oh, merde. Elle avait allumé l'eau, et bien qu'elle ne soit pas glaciale - Jules n'était visiblement pas d'humeur sadique -, le footballer eut un léger sursaut de surprise, accompagné d'une grimace de protestation. Et, finalement, il s'en accommoda, d'ailleurs, c'était même agréable. Après tout, il ne savait pas de quand remontait sa dernière douche. Sa demi-soeur bafouilla quelques mots qu'il ne prit pas la peine de comprendre et disparut. Privé de toute réflexion sensée, Declan resta, comme une larve, dans sa baignoire. Il manqua presque de s'y endormir les premières minutes, mais finalement l'eau sur son visage le réveilla pour de bon. Il avait donc les yeux grands ouverts - mais pas très réactifs - quand Jules revînt.

    Declan eut tout de même un léger rictus lorsqu'elle vînt le rejoindre sous la douche. Combien de fois il avait pu rêver de ça, Jules et lui, sous la douche... enfin, bref. C'était quand on s'y attendait le moins que nos fantasmes se réalisaient, hein. Ce fut néanmoins sans arrière-pensée qu'il passa vaguement son bras sur les épaules de Jules. « Avoue que t'en rêvais de prendre une douche avec moi, Rochelle ! » Il sourit. Pas un de ces larges sourires qui montrent pleinement votre joie, mais il sourit faiblement, avec un poil d'ironie dans la voix. Quiconque aurait considéré la remarque mal placée étant donné la situation morbido-dépressive. Quiconque connaissait Declan savait que s'il recommençait à faire ses blagues à l'humour douteux, c'était qu'il allait nécessairement mieux. Il lança un regard à sa demi-soeur. L'eau dégoulinait sur son front, faisant couler son mascara pour de bon et collant ses cheveux au visage. Il lui lança un regard plein de sympathie, semblant lui dire merci sans user de mots superflus.

_________________

    I will brush off all the dirt,
    And I will pretend it didn't hurt,
    You are a black and heavy weight,
    And will not participate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Rochelle
RUSTY HALO ■ Teens will rule the world, it's better like that.
avatar

• Date d'inscription : 19/02/2009
• Nombre de messages : 731
• Date de naissance : 18/05/1990
• Jukebox : OTHER LIVES • BLACK TABLES.
• Mood : SAD, ANXIOUS.
• Copyright : ME, DON'T PAINT THE SKY, MISSES TURNER.

► FUNKY FRUIT
▬ CRISPY THINGS :
▬ RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   Lun 3 Aoû - 17:10

    Jules, jusque là assise en tailleur, déplia ses jambes pour les ramener vers sa poitrine. Elle enroula ses bras autour de ses genoux et y posa son menton. La baignoire était loin d'être l'endroit le plus confortable de la maison, mais l'eau qui se déversait de la pomme de douche semblait effacer tous les problèmes. Du moins pour un instant. Autrefois, la baignoire des Rochelle avait, elle, supporter les larmes d'une Apolline en plein manque, les larmes d'un Caïn rageux, les larmes d'une Jules au bord de la déprime. L'instant de la douche était presque une tradition chez eux. C'était au tour du jeune Panthers d'y passer. « Tout à fait. Je t'ai traîné ici de force afin d'abuser de toi. C'était totalement intéressé. » Elle eut un léger rire. La situation était absurde. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Seeley, elle n'avait jamais vu Declan comme un second frère, mais plutôt comme une proie potentielle. Désormais, elle se retrouvait avec lui dans une baignoire et il lui était carrément impensable de tenter quoi que ce soit. Il y a moins d'un an, il lui aurait été difficile - presque douloureux, de ne pas lui sauter dessus. Aujourd'hui, cette pensée la dégoutait presque. Comme quoi les choses changeaient de direction à une vitesse impressionnante.

    La jeune femme sentait son mascara noir couler sur ses joues, ce qui lui tira une grimace. Elle devait vraiment faire peine à voir. Enfin, après tout, elle s'en foutait. Ses yeux clairs parcouraient de manière distraite son avant bras. Ils s'arrêtèrent sur un fin bracelet en argent. Un cadeau de Seeley. Elle se souvint de leur rencontre - qui eut lieu grâce à Declan évidemment. Avant, ils s'étaient déjà croisés et même parlés. Sur le terrain, ils formaient tous une équipe après tout. Mais à cette période, Jules se concentrait sur sa soeur, sur sa mère, et surtout pas sur les mecs. Son coeur n'avait pas battu la chamade tout de suite, au contraire de ce que l'on pourrait penser. De son côté, tout avait commencé deux mois plus tard, le jour de son anniversaire. Seeley ne la connaissait pas si bien, mais lui avait offert quelque chose ce jour là, ce qu'elle n'oublia jamais. Depuis, ce bracelet trônait autour de son poignet. Ca faisait bientôt huit mois qu'il n'avait pas bougé. Jules releva la tête dans un soupir et se laissa aller contre le mur derrière elle.
    « Qu'est-ce que tu fais à la rentrée, Cleveland ? »

_________________

©️ SONGS OF JOHN MAYER.
YOUR BODY IS A WONDER,
AND HE'S A WONDERLAND.

Hold on to whatever you find, baby.
Hold on to whatever will get you through.
Hold on to whatever you find, baby.
I don't trust myself with loving you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Come back to haunt me, come what may | Res. Jules   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come back to haunt me, come what may | Res. Jules
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mini, the come back !!
» Background Personnages
» Kirei... ze come back!!
» [Salle Trolliste] 16 Janvier 2010
» Come back = news pseudo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
•• CLEAR EYES, FULL HEARTS :: Dillon. Ouest. :: Kennut Boulevard :: • #2471-
Sauter vers: